Jeune chatte


26-Apr-2015 13:10

Pour ce faire, le vétérinaire va réaliser une anesthésie puis accéder aux ovaires, soit en pratiquant une ouverture unique juste en dessous du nombril de l’animal, soit en pratiquant deux petites incisions sur les flancs de la chatte.

Ces incisions des muscles et de la peau sont ensuite suturées et l’animal est rendu au propriétaire lorsqu’il est bien réveillé.

Beaucoup de propriétaires d’animaux considèrent encore que la stérilisation d’un animal est un acte “contre nature”.

Il faut néanmoins savoir que l’ovariectomie de la chatte n’a pas pour seul intérêt de faire disparaître les comportements de chaleurs parfois difficiles à supporter mais qu’elle a également d’inestimables avantages en ce qui concerne l’état de santé futur de votre minette.- Elle fait disparaître les comportements de chaleurs parfois pénibles (contrairement à la chienne, la chatte n’a pas de pertes sanguines lors des chaleurs mais elle se frotte partout, demande sans cesse des caresses, émet des miaulements répétitifs,insistants,...)- Elle est souvent indispensable pour permettre d’équilibrer un diabète (en effet, les variations hormonales agissent sur la glycémie et rendent l’équilibrage d’un diabète par un traitement à l’insuline très difficile)- Certaines chattes peuvent présenter un oedème et un gonflement soudain d’une ou plusieurs mamelles.

Ainsi, une stérilisation avant les premières chaleurs (vers 6 mois) diminue de 91% le risque d’apparition de tumeurs mammaires.

Cette diminution passe à 86% pour une chatte stérilisée entre ses premières et ses secondes chaleurs (entre 7 et 12 mois), à 11% seulement entre 13 et 24 mois et une stérilisation pratiquée après les deux ans de l’animal n’a plus aucun effet sur le risque de développer un cancer mammaire.

Les bénéfices de l’intervention sont maximum lorsque la stérilisation est réalisée peu avant les premières chaleurs de l’animal (vers 6 mois).Néanmoins même une intervention tardive (après 2 ans) pourra encore être avantageuse: elle évitera le développement d’une tumeur ovarienne, limitera le risque d’apparition d’une fibroadénomatose mammaire ou encore d’une infection utérine.